Le livre de la semaine: ‘La Greve des bàttu’ d’Aminata Sow Fall

sow fall

Extrait :

‘Maintenant, mes amis, l’heure du choix a sonné: mener une vie de chien, être poursuivi, traquer et  matraquer, ou vivre en homme. La raison de vivre de Gorgui Diop a toujours été de mettre la gaieté dans le cœur des gens. Mais ces fous ne savent plus ce que c’est la gaieté. Puisque Gorgui Diop n’a pas été épargné, lui qui faisait rire, personne ne sera épargnée. Alors maintenant, fini les sorties en catimini, fini les courses refreinées, fini l’angoisse et la peur. Restons tous ici ! Vous entendez, restons ici ! D’ici peu de temps vous verrez que nous leur sommes utiles comme l’air qu’ils respirent. Continue reading

UBUHANZI NO KWIBUKA /ARTS AND MEMORY/ARTS ET MEMOIRE: Hamagara ‘3740’ usige ubutumwa bw’urwibutso rwiza /Call 370 and leave a message of a good memory / Appele le 3740 et laisse un message d’un bon souvenir

Dans le cadre du projet ‘Arts et Mémoire’ dédié au soutien et la préservation de la mémoire du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994 a travers les arts ; Ishyo Arts Centre a débuté un sous-projet intitulé ‘We call it love’ (Nous l’appelons l’amour) en trois volets : la pièce de théâtre We call it love, le livre d’essais sur la relation entre les arts et la mémoire au Rwanda durant les deux dernières décennies et la cathédrale sonore comportant des sons et voix des bons souvenirs des rwandais de ceux et celles morts durant le génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994 et durant d’autres périodes de discrimination qu’ils ont traversé bien avant 1994.

Pour pouvoir  collecter ces sons, voix, messages de bons souvenirs, Ishyo a ouvert une hotline ‘3740’ ou toute personne utilisant le réseau MTN peut appeler et laisser un message d’une minute, d’un bon souvenir du sien ou des siens morts durant le génocide des Tutsi et ces autres périodes de discrimination. Continue reading

KINA FESTIVAL OCTOBRE 31ST TO NOVEMBER 8TH 2015

Ishyo continue sa croisade pour l’ éveil des enfants et des jeunes aux arts du spectacle et à la littérature.

KINA festival de théâtre pour enfants organisé par Ishyo Arts Centre aura lieu du 31 Octobre au 8 Novembre 2015. Lieu: YMCA  KIMIHURURA (Sous le grand chapiteau intersec en haut de la Colombiere)

Kina-Festival-_-Flyers_Proposal_1-63053Kina-Festival-_-Flyers_Proposal_1Kina-Festival-_-Flyers_Proposal_1-63053Kina-Festival-_-Flyers_Proposal_1-63053

Des troupes venues d’ Italie, de Belgique, d’ Allemagne, du Burundi, du Cameroun, de RDC et du Rwanda auront le plaisir de se produire à Kigali et de présenter d’ excellentes oeuvres théâtrales et de danse pour petits et grands. Les oeuvres selectionnées sont appropriées et seront appréciées par les enfants, les adolescents et même pas les adultes.

Kina Festival désire stimuler artistiquement nos enfants en les exposants à des oeuvres artistiques de qualité, mises en scène et jouées par des artistes reconnus internationalement et traitant de sujet variés. Kina Festival a lieu chaque année et ne fait que grandir d’ édition en édition. Ainsi pour cette cinquième année, les oeuves qui seront presentees sont:

  •     Ma petite Colline // Ishyo Arts (Rwanda)
  •     We call it love // Ishyo Arts x Theatre de la Poudrerie (Rwanda / Senegal)
  •     Abole // Theatre du Chocolat (Cameroun)
  •     Under a different light // La Baracca (Italie)
  •     En pleine mer // Troupe Lampyre (Burundi)
  •     Le petit peuple de la brume // Theatre du Papyrus (Belgique)
  •     Trace // Helios (Allemagne)
  •     Ngwanzu // Busara Dance Company (RDC)

Nous vous attendons nombreux!!

 

La pièce ‘We call it love’ en tournée!

WE CALLLa pièce de théâtre ‘We call it love’ écrite par l’auteur sénégalais Felwine Sarr et mise en scène par le metteur en scène congolais Denis Mpunga.  est l’un des volets du projet – Arts et Mémoire en partenariat avec ‘Kemit asbl’ (Rwada) “Rwanda Professional Dreamers” et Groupov de Belgique. Les acteurs de cette pièce sont : Carole Karemera, Herve Twahirwa, Eliane Umuhire et Michaël Sengazi, artistes de théâtre et comédiens. “We call it love” est un huis clos et évoque les 100 jours les plus sombres de l’histoire du Rwanda, le génocide perpétré contre les Tutsi en 1994. Une femme va à la rencontre de celui qui a tué son fils, non pour l’accuser mais pour s’attacher à lui, qui est la dernière personne à la relier à lui. Cette pièce a été crée à partir de recherches documentaires et d’interviews sur le thème des droits de l’homme, l’unité et la réconciliation ainsi que de la mémoire des génocides.

mms_img1304269941

11390023_376304405893384_8175070271578940045_n

10308340_376304462560045_8146691962300771700_n

Dates déja confirmées:

Kinshasa – RDC en Mai 2015 // Paris – France en Septembre 2015, Février 2016 et Avril 2016

Ishyo Dream Team

Le livre du jour: ‘Le Printemps de la liberté’ de Nangala Camara

NANGALA“Le Printemps de la liberté est un roman de l’écrivain ivoirien Nangala Camara, est le récit d’une nouvelle génération africaine. C’est un tour de force captivant. Portrait d’une jeune femme amoureuse, il est aussi le livre de l’engagement, le manifeste d’une jeunesse en devenir.”

Extrait :

« L’homme qui n’a dans le cœur ni vertu ni altruisme ne peut gérer que l’immédiat. Machiavélique à souhait, il est incapable de sentiments nobles. Il ne peut se projeter positivement dans le futur. Or pour comprendre la place et l’importance du libre penseur dans la cité, il faut être cultivé, pétri de sagesse… »

Ishyo Dream Team

Notre livre du jour: ‘Le Prophète’ de Khalil Gibran

photo le prophete

‘Alors un juriste dit,

Mais qu’en est-il de nos Lois, maître?

Et il répondit :

Vous aimez établir des lois,

Mais vous préférez les briser.

Tels des enfants qui jouent au bord de l’océan et qui construisent des châteaux de sable avec constance pour les détruire en riant.

Pendant que vous construisez vos châteaux de sable vers le rivage,

Et lorsque vous les détruisez, l’océan en rit avec vous

En vérité l’océan rit toujours avec innocence. Continue reading

Bibliothèque Espace Madiba : Le livre du jour- ‘Du lait aigre-doux’ de l’auteur somalien Nuruddin Farah

nurudin farah

‘Extrait :

– Tu es venu pour parler de Soyaan, n’est-ce pas ?
– Je suis venu pour te voir. C’est ça la raison la plus importante pour laquelle je suis ici.
– Non, non. Tu es venu pour parler de Soyaan.
– Non, non. Je suis venu pour te voir toi, et parler de Soyaan et d’autres choses encore. Je suis venu pour faire tout ça.
– Je n’ai rien eu à voir avec sa mort.
– Je n’ai jamais dit ou pensé que si.
– Mais ta mère le pense.
– Ça c’est quelque chose entre vous deux.
– Elle est ta mère après tout.

Il choisit de rester silencieux. Il choisit de ne pas continuer. Il avait craint que quelque chose de ce genre n’arrive, il avait craint que la conversation ne prenne un tour débridé. Reprends ton calme, dit la voix qui durant les quelques jours écoulés lui parlait chaque fois qu’il devait instamment être rappelé a ses devoir moraux, intellectuels et éthiques. Reste calme et écoute. Continue reading

Livre du jour- ‘Weep not,Child’ de Ngugi wa Thiong’o: Introduction aux livres de notre bibliothèque Espace Madiba

IMG_20150623_170337

Extrait:

‘Yes. Sunshine always follows a dark night. We sleep knowing and trusting that the sun will rise tomorrow. He liked this piece of reasoning. But he was rather annoyed when she laughingly said, ‘Tomorrow never comes. I would rather think of today.’ But her eyes dilated like a child’s as she looked hopefully at him. An idea came to her. She held Njoroge by the neck and shook him excitedly.
What is it?’ asked Njoroge, startled.
Something. Suppose you and I go from here so that we come back when the dark night is over…’

‘But—–‘
‘I could be such a nice sister to you and I could cook you very tasty food and—‘
‘Just a minute.’
‘It is a good idea, isn’t it?’
Njoroge was very serious. He saw his vision wrecked by such a plan. And what would God think if he deserted his mission like this?
‘No. No. How can we leave our parents alone?’
‘We could —‘

Ishyo Dream Team

La bibliothèque Espace Madiba est ouverte au grand public- Livre du jour: “Agonies” de l’auteur congolais Daniel Biyaoula

agonies danielRésumé: 

« Dans Agonies, sur fond de banlieue parisienne et de vies d’immigrés, deux histoires d’amour se côtoient, se croisent, tirent chacune leur force de l’autre. Celle d’une jeune femme moderne, libérée, indépendante, « féministe », et d’un homme plutôt passéiste, plus ou moins écrasé par la vie, un écorché vif, une sorte de raté, mais qui se bat pour survivre.  Celle d’une adolescente noire et d’un lycéen blanc. Continue reading